La matière – clés de la création

La matière – clés de la création


Cette structure a été reçue en mars 2014, elle représente les 3 matrices, individuelle, terrestre et universelle. Toutes les 3 interconnectées 

 

Lorsque tout s’est effondré, j’ai dû traverser toute la densité matière  ou était engrammé  tous mes conditionnements, identifications et croyances. Chaque jour une vague prête à se décharger. J’ai déprogrammé la structure identitaire de mon père ainsi que celle de ma mère, élagué toutes mes peurs bloquées dans l’émotionnel, traduit toutes mes pensées dans ma conscience, qui me polluaient mon quotidien.  C’était ardu mais oh combien fascinant!!!.

Lorsque j’ai touché la blessure de rejet/séparation, dernier frein à l’unification intérieure, j’ai vu que je fusionnais avec ma matière. Ce champ matriciel du Tout se déployer enfin devant moi. C’est  ce champ que je visualisais depuis un moment, cette énorme masse noire translucide d’ou émergent les créations.

J’avais déjà écris sur ce champ noir qui n’est autre notre matrice Mère.

Depuis décembre, démarrage de ce processus,  j’ai vu mon champ extérieur se refermer vers l’intérieur annonçant cette épopée qui s’avérerait d’une intensité extrême.  C’est comme le jour qui laisse la place à la nuit, » la nuit noire de l’âme ». Depuis tout s’est évidé laissant un vide d’abord,  jusqu’à ce qu’à la fusion avec la matière. C’est lorsque j’ai touché cette matière que j’ai vu ce Tout émerger, la matière me dévoilant enfin ses secrets.

C’est à partir de ce champ matière matriciel que nous avons accès à tous les codes de la création. Ils sont disponibles en nous dans notre matière, dans notre chaire, dans le noyau de la cellule. J’ai eu une vision de la manifestation, des molécules qui s’agglutinaient faisant apparaitre une vibration. La forme se construit à partir des molécules (encodage) et de La pensée qui projette modélisant ainsi notre monde.

Lorsque vous créer un objet, une société, un voyage etc. c’ est d’abord un agglomérat de molécules sous forme d’une information qui jaillit de la matrice, puis  la pensée élabore la forme projetant dans la réalité.

Lorsque nos cellules s’ouvrent vers l’infiniment petit nous avons accès à ce Total potentiel humain divin.

Les organes d’essence sont les révélateurs de ces codes. Et c’est à partir de ça que notre réalité se vit. Je suis en train de sentir tout le fonctionnement  de ces données passionnantes qui me montrent notre pouvoir de tout changer en nous.

Nous avons aujourd’hui 2 façons de créer :

  • Dans la dualité assujettie au programme mémoires passées et projections futures, limitée par une structure de survie, extérieur à la matrice
  • Dans l’Unité intégration de la matrice/vacuité, accès au tout, avec une projection à partir du présent, ou vibre la Vie, fusion avec la matrice

Je donnerai plus de détail dans les prochains ateliers.

Samia Aïssaoui

Tous droits réservés. Vous pouvez partager cet article dans son intégralité, sans coupure, en précisant le nom de l’auteure et l’adresse du site.

L’Un se présente

Ces dernières semaines j’ai ajusté mes fréquences et j’apprends à me découvrir d’avantage. C’est passionnant ce qui se passe. Si le passage a été difficile, avec le recul, je constate avec fascination le jeu de cette rencontre avec Moi-même.

Il m’arrive encore d’avoir des vagues de larmes transcendant encore plus ce passé qui se s’effiloche.
Le programme d’identifications  s’est éteint en même temps que celui de la mort, quittant l’enfermement. Il ne restait plus que des traversées de peurs du manque me rattachant encore à l’extérieur qui se délient tout doucement.  J’ai mis du temps à accepter mon vécu, mes échecs et ma situation.

Je me sens souvent entre les deux réalités.

Tout s’ajuste au fur et à mesure du temps. Chaque matin au réveil émergent parfois des peurs, parfois un état paisible, parfois trop d’électrique et de pensées. J’apprends à ressentir tout ce qui se vit en moi, laissant ces charges se fondre dans le moment. J’assimile à Etre moi-même me révélant Vivante dans l’expérience au travers de ma conscience, touchant cet espace du UN.

Découvrir que rien n’existe en dehors de l’instant initialise plus d’ouverture intérieure.
Ma matrice s’est totalement révélée ou baignent des images d’un potentiel ouvert. J’apprends une nouvelle façon de manifester. Elle émerge juste.

Les longues marches en forêt, l’écriture et le dessin ont été  les  moyens de communiquer avec cette présence en moi. Elle me parlait au travers des codes que je posais sur papier les retraduisant dans le temps. C’est cette expression qui m’a aidé de défaire ce passée et de vivre cette traversée.

Le coeur s’ouvre encore et encore… Je cherchais à m’aimer et je m’aime enfin.  C’était cette perception mental qui me fourvoyait. Lorsque je réalisais que le mental n’était qu’un programme de la conscience, tout devenait plus clair. Tout est déjà en moi,  plus rien à chercher, à comprendre ou encore à contrôler. Tout est La En MOI et cela s’impregne enfin!

Les vagues qui arrivent laissent la place à une emanation d’amour dans tout mon corps.
La paix et la joie lorsqu’elles s’installent, n’ont pas la même saveur.

La stabilité s’amorce. Si durant les derniers mois j’avais des désirs de mourir depuis quelques jours c’est l’envie de vivre qui jaillit.

Je suis l’Un, Je suis le Tout, Je suis le monde que je crée…

Le coeur s’ouvre à son rythme

Le coeur s’ouvre dans un mouvement d’inspire/ expire. Lorsque une peur apparait, qu’elle est accueillie , le coeur s’expanse laissant jaillir l’amour dans chaque cellule inondant le corps d’un bain de paix. Dans cette étape du point d’équilibre, tout le champ dans lequel nous sommes plongés, issu du démantèlement structurels des conditionnements, occasionne un vide, dévoilant notre fragilité, masquées auparavant par les cuirasses de protections. Elles disparaissent au fur et à mesure de l’émergence et  de l’éclosion progressive de cette vibration vivante que sont  l’amour et la lumière.

La clé de l’intégration de l’amour est l’acceptation Totale de ce nous sommes, de ce que nous avons été, de ce que nous avons crée pour vivre l’expérience que se soient nos mauvais ou bons moments, nos échecs, nos pertes, nos malheurs, nos frayeurs, mais aussi nos réussites. C’est accueillir et assumer toute notre incarnation telle qu’elle a été engendrée et expérimentée de bien ou de mal.

Vivre enfin le lâcher prise qui est en dehors de la volonté. C’est de la volonté que nait le combat entre le lâché et la résistance inconsciente conduisant à  l’épuisement et progressivement à lâcher la prise ou l’emprise s’abandonnent au Vivant. C’était une étape des plus difficiles pour vivre l’Union de l’esprit et la matière.

Chaque étape est à sa juste place. Nous n’avons rien à changer ou à essayer de changer, juste à continuer de vivre selon ce que nous émanons de bien ou de mal. Parce que notre Etre ne fait pas de différence. Si l’Ego sectorise, l’Etre vectorise l’information selon le programme que nous portons.

L’amour c’est la vibration du vivant. C’est le jus, la force et la beauté de notre pure essence qui circule partout dans notre champs vibratoire holographique.

La lumière est le prisme du divin. Elle vient éclairer le champ de l’ombre matricielle d’ou Tout émane.

L’Etre a toujours été là, présent, il a été enfoui sous un amas des structures, des constructions pour vivre la belle aventure dualité. La souffrance humaine s’effiloche laissant la place à quelque chose de plus vaste et de merveilleux.

Dans ces moments de pose en Soi-même, on se délecte de cet apprentissage. On regarde notre  monde d’avant qui s’éloigne et celui d’aujourd’hui qui s’ancre. Que de chemin parcouru pour arriver à se poser la en Soi. Parfois une larme aux yeux, parce qu’enfin nous avons accepté de nous regarder et nous dévoiler, de nous ouvrir à ce qui a de plus beaux en Nous-même et dans ce monde.

Le monde est merveilleux quand on le regarde avec cette nouvelle perception. Tout ce qui se joue, n’est que Dieu qui s’amuse à se créer.

Samia Aïssaoui

Le point d’équilibre ou le point 0

Merci pour tous vos messages suite à l’article que j ai partage sur mon vécu sur la Nuit obscure de l’âme. Beaucoup de personnes traversent des phases difficiles en ce moment. Ces passages sont salvateurs, elles nous amènent à nous rencontrer et à trouver notre Présence.
Traverser ces états en ne cherchant pas à aller mieux. Au contraire allez-y! plongez dedans!. Allez jusqu’au bout de ce qui se vit en vous!. Le pouvoir de l’accueil et de l’acceptation alchimisent tout ce que vous franchissez. L’amour je l’ai intégré au fur et à mesure que la peur se présentait. Le plus étrange c’est que plus la peur se présentait plus la vague d’amour envahissait mon coeur. C’est l’étrange phénomène de cette Union intérieure. 

Je me suis rendue compte dans ces passages que tant que je cherchais à vouloir aller mieux, à projeter le meilleur, je rejetais cette création souffrante qui était mienne.
Je suis celle qui crée cet état. Et en tant que création elle est aussi divine que l’état de bien-être. En traversant nos ombres, nous ouvrons la porte à notre lumière, à notre pure essence.

Cette essence a toujours été là présente, c’est la Vie qui pulse en nous. Nous l’avons juste occulté par les voiles de séparation.  Dans ce voyage à l’intérieur de nous même, se révèle qui nous Sommes, cette véritable nature. Plus on plonge à l’intérieur plus elle se montre sous sa forme originelle. Nous finissons par nous reconnaitre étant le Divin, le créateur, la force de Vie. 

Intégrer le divin que je Suis, le Créateur de tout ce qui se vit en moi et dans mon monde, c’est dans ce processus d’intégration du Soi qui m’a amène à me poser par étape dans le point d’équilibre. Cet espace de neutralité ou tout Est et rien n’existe à la fois. Ce point d’équilibre se situe dans la cellule même de ce qui nous compose. C’est dans chaque atome que pulse le Créateur. (Je vous renvoie à des articles écrits l’année dernière à ce sujet). C’est la que git la Présence. 

L’arrimage dans ce centre s’effectue par vague. Si le coeur s’ouvre de plus en plus et l’émotionnel moins actif, en revanche les pensées sont encore présentes. Elles ont moins d’impact ayant moins d’émotion ou se raccrocher. Elles patinent dans le vide. Elles s’attenuent dans les ajustements fréquenciels. 

Samia Aïssaoui 

Lorsque tout s’effondre

Lorsque tout s’effondre

De toute mon existence, la nuit obscure de l’âme aura été l’expérience la plus pénible et douloureuse qui m’est été donnée de traverser. Cet ultime passage vers l’adombrement des cellules par le Soi est une épreuve initiatique des plus intenses ouvrant vers le basculement intérieur. Cette épreuve remet en cause tout le fondement de ma Vie, celle d’une réalité dans laquelle j’ai été prisonnière.

Ce passage amorcé depuis plusieurs mois correspond à l’effondrement structurel de l’égo/mental. Au commencement , je pensais franchir, comme depuis plusieurs années, un passage de petites morts, mais cette traversée aura été celle de l’ultime basculement d’une force sans nom.

Semaine après semaine, j’avais été préparée. Démarrant par des défaillances corporelles, avec des tensions  et un épuisement,  le corps malade n’arrivait plus à trouver son s’équilibre. L’arrêt de mes activités et un retrait de la vie extérieure s’imposera. Le basculement vers l’intérieur demandait un arrimage profond et une disponibilité énergétique indispensable. Mon monde extérieur ne pouvait plus répondre dans cette phase d’interiorité. J’avais neutralisé tout mon ancien monde. La force me lâchait et jour après jour, je déversais des milliers de larmes tant les douleurs étaient au paraoxisme, prenant conscience du rejet, de l’abandon et toutes ces blessures que je m’infligeais créant ainsi ma réalite.
Après chaque vague d’accalmie, croyant être arrivée au bout du processus, dans la projection d’un meilleur jour et d’un meilleur futur, je voyais les leurres de mon mental qui gesticulait constamment encore empreint à des programmes trop présents.

Que de mensonges me suis-je raconter me berçant d’illusion depuis  trop longtemps!
Que de masque je portais pour fuir ma douloureuse réalité.

Si durant les dernières années, tout mon travail d’accompagnement s’était  centré sur cette base de démantèlement structurel. Structurellement j’avais eu toutes les informations en amont  durant mes enseignements. Mais j’étais loin de me douter que je devais le vivre pleinement dans mon corps passant par une validation de l’expérience. Toucher la cuirasse fondamentale de naissance tel que l’appel Marie lise Labonté ou le feuillet de l’Ego/mental me menait à déposer les armes d’une Vie qui s’essouflait.

Lorsque le moment arrive et qu’on est prêt, la porte s’ouvre nous conduisant vers l’ombre la plus dense engrammée dans notre matière. La force qui émerge de cette profondeur pousse à expulser toutes les racines de notre construction de croyances, de mensonge, de leurres, d’artifices et d’illusions. Jamais telle terreur et frayeur ne m’ont été donnée d’ expérimenter. Le point de non retour enclenché il n’y avait qu’à se laisser mourrir dans ce passage. Il n’y avait plus rien à faire, ni à chercher, ni à contrôler… Le Soi descend dans le corps cherchant à prendre sa place. Il pousse sur son passage tout ce qui empêche l’Union intégrale intérieure ouvrant  le coeur, l’accès à l’amour de SOI et à notre vraie nature.

Les hurlements, les sanglots, la respiration rien ne pouvaient calmer ces durs moments que l’accueil et l’acceptation de ce qui se vivait dans l’instant. Touchant le désespoir, le désarroi, la perte de repère, tout y était passé…

Ou allais-je? que m’arrivait-il? Que dois-je faire? Les questions résonnaient en permanence dans ma tête alourdissant chaque instant. J’avais envie de mourir. Je voulais partir. Comment faire?
Tant que je voyais la souffrance, le mal, la douleur ou encore l’ombre comme mon ennemi, je stimulais le combat intérieur. Lacher la prise du contrôle, j’essayais tous les jours mais dans une volonté trop présente, je compris toute la subtilité d’un abandon à Moi-même.

J’ai réalisé dans ce passage que je ne savais rien, que je n’étais rien, que tout était conceptualisé, que tout est perception, que c’était moi la peur et l’angoisse, que c’était moi le créateur de tout ce vécu,  que notre personnalité n’ était une construction de multiple feuillets qui racontaient juste une histoire. J’étais le tout jouant un jeu utilisant les codes de la dualité pour se découvrir étant que créateur, divin,  présence, amour, lumière…

Durant ces phases que de visions. L’une d’elle me montra un mental en forme de toile d’araignée qui prenait le contrôle de ma vie et un égo enfermant le corps dans le monde du pouvoir. C’était la triste réalité  dans lequel j’étais confinée qui est celle du monde actuel dans lequel nous vivons. J’étais horrifiée, apeurée, terrorisée… Mais je savais que je devais passer par là pour sortir de la Survie dans lequel mon humanité était emprise.

Ce processus s’est déroulé en 3 phases. La première phase est celle de la défaillance du corps sur plusieurs semaines. Le corps est fragilisé, luttant pour trouver son équilibre : Malaise vagal, grippe, gastro, tension, insomnie.. tout y est passé en même temps enclenchant l’ouverture du corps émotionnel et un déferlement de pleurs incessantes ouvrant la 2ème phase « L’émotionnel »  qui se videra durant plusieurs mois. La 3eme phase est la plus complexe et la plus difficile de toutes, elle a duré quatre semaines, c’est celle de la libération de la psyché. La peur,  l’angoisse et l’insécurité étaient au paroxysme à la limite de la folie, entrainant  la mort structurelle de la personnalité. Le corps émotionnel est absorbé par le coeur et le mental fusionne avec la conscience donnant accès au corps magnétique de la terre et au flux d’amour qui se déverse dans les cellules. L’aimant de la terre s’enclencha alors.

Cette traversée a pour but de devenir maître de soi, passant par la connaissance de soi et l’actualisation de ses potentialités dans l’autonomie, l’indépendance et la liberté.  Il nous met face à nous-même et personne ne peut nous sauver, nous n’avons plus le choix que de trouver nos propres ressources pour s’extraire de ce champ d’une expérience arrivée au bout. Nous sommes seuls face à notre mort et nous seul avons la clé du divin en Nous.

Si cette traversée a été pénible, elle aura été salvatrice, dévoilant mon humanité, ma fragilité et ma vulnérabilité.

 

« Qui cherche la Lumière est d’abord confronté aux Ténèbres, car c’est dans cette confrontation qu’il affine ses moyens, actualise ses potentialités et assoit son empire sur lui-même. Plus on manque de pureté et de détachement, plus on souffre dans cette expérience. Qui cherche à s’abstraire de la Forme se voit d’abord refoulé, au Portail initiatique, se retrouvant, déconcerté, dans l’inconnu, dans un calme plat et silencieux qui lui paraît comme vide et sans signification, ce qui éveille ses vieilles peurs et son angoisse. Il croit d’emblée s’être trompé de porte, car il se retrouve dans l’Ombre la plus totale. »par  Bertrand Duhaime. 

Gratitude  à toutes les personnes  qui ont été de loin ou de prêt présentes dans ma Vie, celles qui ont participées à mes ateliers et que j’ai accompagnées. Vous avez  été des révélatrices de mon histoire. Vous m’avez aidé à me regarder au travers de vous.

Samia Aïssaoui