Le coeur s’ouvre à son rythme

Le coeur s’ouvre dans un mouvement d’inspire/ expire. Lorsque une peur apparait, qu’elle est accueillie , le coeur s’expanse laissant jaillir l’amour dans chaque cellule inondant le corps d’un bain de paix. Dans cette étape du point d’équilibre, tout le champ dans lequel nous sommes plongés, issu du démantèlement structurels des conditionnements, occasionne un vide, dévoilant notre fragilité, masquées auparavant par les cuirasses de protections. Elles disparaissent au fur et à mesure de l’émergence et  de l’éclosion progressive de cette vibration vivante que sont  l’amour et la lumière.

La clé de l’intégration de l’amour est l’acceptation Totale de ce nous sommes, de ce que nous avons été, de ce que nous avons crée pour vivre l’expérience que se soient nos mauvais ou bons moments, nos échecs, nos pertes, nos malheurs, nos frayeurs, mais aussi nos réussites. C’est accueillir et assumer toute notre incarnation telle qu’elle a été engendrée et expérimentée de bien ou de mal.

Vivre enfin le lâcher prise qui est en dehors de la volonté. C’est de la volonté que nait le combat entre le lâché et la résistance inconsciente conduisant à  l’épuisement et progressivement à lâcher la prise ou l’emprise s’abandonnent au Vivant. C’était une étape des plus difficiles pour vivre l’Union de l’esprit et la matière.

Chaque étape est à sa juste place. Nous n’avons rien à changer ou à essayer de changer, juste à continuer de vivre selon ce que nous émanons de bien ou de mal. Parce que notre Etre ne fait pas de différence. Si l’Ego sectorise, l’Etre vectorise l’information selon le programme que nous portons.

L’amour c’est la vibration du vivant. C’est le jus, la force et la beauté de notre pure essence qui circule partout dans notre champs vibratoire holographique.

La lumière est le prisme du divin. Elle vient éclairer le champ de l’ombre matricielle d’ou Tout émane.

L’Etre a toujours été là, présent, il a été enfoui sous un amas des structures, des constructions pour vivre la belle aventure dualité. La souffrance humaine s’effiloche laissant la place à quelque chose de plus vaste et de merveilleux.

Dans ces moments de pose en Soi-même, on se délecte de cet apprentissage. On regarde notre  monde d’avant qui s’éloigne et celui d’aujourd’hui qui s’ancre. Que de chemin parcouru pour arriver à se poser la en Soi. Parfois une larme aux yeux, parce qu’enfin nous avons accepté de nous regarder et nous dévoiler, de nous ouvrir à ce qui a de plus beaux en Nous-même et dans ce monde.

Le monde est merveilleux quand on le regarde avec cette nouvelle perception. Tout ce qui se joue, n’est que Dieu qui s’amuse à se créer.

Samia Aïssaoui